LES PRINCIPALES MESURES DU PROJET DE REFORME DES RETRAITES DU GOUVERNEMENT AYRAULT

Petit rappel au préalable :

Le régime de base de la sécurité sociale est financé par diverses mesures liées aux différentes loi de finance de la sécurité sociales qui paraissent chaque année, ou encore au travers des lois de finances rectificatives.

Les régimes complémentaire (ARCCO et AGIRC) sont financés par la masse salariale.

Une hausse conséquente du chômage diminue mécaniquement leurs recettes.

Toute prospective doit donc tenir compte d’une part du taux de chômage et d’autre part du taux de croissance économique et enfin de la démographie. Ces variables sont très importantes pour les simulations pluriannuelles.

Les différentes prospectives du COR (conseil d’orientation des retraites janvier 2012) retenues tablent sur un taux de croissance de 1.5% l’an et un taux de chômage de 4.5%, ce qui paraît pour le moins très optimiste.

Les principales mesures à venir :

–          Une hausse des cotisations salariales, patronales sont inéluctables, sans compter celle des travailleurs indépendants.

–          La durée de cotisation devrait augmenter graduellement, l’impact serait le suivant ; pour les assurés nés en 1953 il faudrait 41 ans et 1 trimestre, nés en 1956 41 ans et 6 mois, nés en 1962 il faudrait 42 ans, nés en 1975 il faudrait 43 ans et à partir de l’année 1989 44 ans soit 176 trimestres. Dans l’hypothèse ou un assuré social demanderait la liquidation de ses droits, et qu’il ne justifierait pas de ses annuités une décôte serait automatiquement appliquée.L’objectif étant de compenser l’allongement de la durée de la vie et d’économiser environs 2.3 milliards d’euros en 2030.

–          Revalorisation retardée des pensions, c’est une forme de désindexation, qui devrait économiser 1.4 milliards d’euros à l’horizon 2020.

–          Fiscalisation des bonus de pension : la majoration de pension de 10% réservée aux parents de trois enfants et plus sera rendue imposable dès 2014. Cette mesure rapportera 1.2 milliards d’euros dès 2014.Environs 3 millions de ménages sont concernés.

–          Un compte pénibilité : les salariés soumis à des conditions de travail difficiles seront crédités dès 2015 d’un « compte pénibilité ».Pour chaque trimestre travaillé dans des conditions considérées comme pénibles (manutention de charges lourdes, travail de nuit,travail répétitif…qui déterminera la pénibilité pour chaque poste ?) les salariés bénéficieront d’un point. Dix points permettront de bénéficier d’un trimestre de formation ou de durée de cotisation. Les points seront doublés pour les salariés qui doivent prendre leur retraite prochainement et pour ceux soumis à plusieurs facteurs de pénibilité à la fois…Le gouvernement estime que 20% des salariés du privé seront concernés. Ceux du public continueront à bénéficier de départ anticipé lorsqu’ils sont en catégorie active (55 à 57 ans pour une départ autorisé)…soit 5 à 7 ans avant un salarié du secteur privé.

Le coût de cette disposition est estimé à 500 millions d’euros en 2020 puis à 2 milliards en 2030, le coût de ce compte sera supporté par une contribution spécifique des entreprises…impact sur le coût du travail et la compétitivité ?!..

–         Cotisation de trimestres facilitée : dès 2014 il suffira d’avoir cotisé 150 heures au smic (soit environs 1100 euros) pour valider un trimestre. Jusquà aujourd’hui il fallait cotiser 200 smic horaire. Cette disposition devrait améliorer la prise en compte des temps partiels.

–          Amélioration de l’information des salariés.

 

A la question posée par des journalistes du Monde (samedi 31 août 2013) au président de la République:

Est-ce une réforme structurelle (réforme des retraites) quand on continue de faire payer le déficit du régime des fonctionnaires par l’ensemble des contribuables et que l’on ne remet pas en cause les régimes spéciaux (dixit :EDF, SNCF, RATP…) ?

 F. HOLLANDE :

« Il a déjà été demandé beaucoup aux fonctionnaires (gel du point d’indice, stabilisation des effectifs, limitation des mesures catégorielles aux plus modestes. En outre, les agents publics vont prendre leur part dans l’effort général puisque leur taux et leur durée de cotisation vont suivre ce qui est décidé pour l’ensemble des salariés. S’agissant des régimes spéciaux, de deux choses l’une : ou une réforme avait été engagée par mon prédécesseur, et alors pourquoi en faire une autre ? Ou bien cette réforme n’a eu qu’un impact limité , et n’était qu’un trompe l’œil, alors l’opposition doit en faire l’aveu.Si le gouvernement remettait en cause  la parole donnée en 2008 à ces salariés, ce serait prendre le risque d’avoir beaucoup de monde dans la rue sans être sûr de conduire la réforme jusqu’au bout »….

Chacun se fera son opinion après une telle réponse qui signifie clairement une fois de plus que les seuls vrais contributeurs à l’effort collectif seront les salariés du secteur privé, les travailleurs indépendants et une partie des salariés de la fonction publique (sous certaines conditions bien particulières).

Les régimes spéciaux pourront donc continuer à percevoir un niveau de retraite de plus en plus déconnecté des réalités socio-économiques de la nation par le simple constat de leur capacité de nuisance à bloquer non seulement toute velléité réformatrice juste,mais aussi une économie entière.

Nos dernières actualités

COMPARATIF DES GARANTIES MINIMUM DU PANIER DE SOINS ANI ET DU CONTRAT RESPONSABLE

Prestations Minimum Décret Panier de soins ANI Minimum Projet de décret Contrat responsable
Soins de ville* Prise en charge du ticket modérateur sauf :- Cure thermale- Médicaments à SMR modéré ou faible

– Homéopathie.

Prise en charge du ticket modérateur sauf :- Cure thermale- Médicaments à SMR modéré ou faible

– Homéopathie.

Forfait journalier Prise en charge illimitée. Prise en charge illimitée.
Audioprothèses Prise en charge du ticket modérateur. /
Frais dentaires** Prise en charge d’au moins 125 %. /

*comprend les hospitalisations (honoraires et frais), consultations/visites, actes de spécialiste des médecins, analyses, radiologie, auxiliaires médicaux, prothèses autres que dentaires, transport. **comprend les soins dentaires prothétiques et les soins d’orthopédie dentofaciale.

Lire la suite

PLAFOND ANNUEL DE LA SECURITE SOCIALE

Année

Plafonds (en euros)

 

 

2017

2016

2015

Plafond annuel

(PASS)

39228 €

38616 €

38040 €

Plafond mensuel

(PMSS)

3269 €

3218 €

3170 €

2014

37548 €

3129 €

2013

37 032 €

3 086 € Lire la suite

PARUTION DU DECRET RELATIF AU CONTENU DES CONTRATS DE MUTUELLE SANTE DITS « RESPONSABLES »

Le décret n°2014-1374, paru le 18 novembre 2014,  définit le cahier des charges des contrats dits « responsables » en application des modifications introduite par l’article 56 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2014.

Le label de contrats « responsables » conditionne l’application du taux réduit de taxe sur les conventions d’assurance (7 % au lieu de 14 %) et également l’application du traitement social et fiscal de faveur afférant aux contributions finançant les garanties complémentaires.

Le décret précise le panier minimum des garanties ainsi que les plafonds de garanties applicables à certains postes de soins que doivent respecter les contrats complémentaires en santé pour bénéficier des aides sociales et fiscales attachées à ce dispositif.

 Aux termes du décret, les nouvelles règles :

–  « entrent en vigueur à compter du 1er avril 2015,

–  à l’exception des contrats collectifs et obligatoires pour lesquels la modification devra intervenir lors de la première modification de l’acte qui les institue et au plus tard le 31 décembre 2017 ».

Lire la suite

MISE EN CONFORMITE DES ACTES DE MISE EN PLACE DE LA PROTECTION SOCIALE SUPPLEMENTAIRE

Le décret n°2012-25 du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire a considérablement durcit les règles d’exonération sociale des contrats collectifs de retraite, prévoyance et santé.

 La non-conformité à ces nouvelles règles expose les entreprises à ne plus  bénéficier de l’exonération sociale de la part de cotisation(s) employeur.

Pour continuer à être exonérée l’entreprise doit obligatoirement faire en sorte que les contrats  couvrent l’ensemble des salariés ou une ou plusieurs catégories objectives désormais déterminées selon des critères précis.

La circulaire sociale du 25 septembre 2013 a précisé que les régimes existants seront à mettre en conformité au plus tard le 30 juin 2014 dès lors qu’ils sont conformes aux dispositions de la circulaire antérieurement en vigueur du 30 janvier 2009. Lire la suite

CHRONOLOGIE DES PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES EN TERMES DE PROTECTION SOCIALE SUPPLEMENTAIRE

1)      A compter du 1er juillet 2014: les entreprises qui bénéficient d’une protection sociale supplémentaire pour les risques : MUTUELLE-PREVOYANCE-RETRAITE  devront soit régulariser leur situation, soit mettre en conformité leurs actes de mise en place (décisions unilatérales…) avec le décret n°2012-25 du 9 janvier 2012. Les actes de mise en place des régimes supplémentaires de protection sociale seront par ailleurs nécessaires dans le cas notamment d’une prévoyance conventionnelle améliorée qui impliquerait une augmentation du taux de cotisation.

2)      A compter du 1er juillet 2014: les entreprises qui auront mis en place, auparavant, une mutuelle en direction d’un collège particulier (par exemple pour les cadres) auront l’obligation d’en proposer une à l’ensemble des salariés.Il n’y a aucune obligation à ce que le niveau de prestation soit le même. Lire la suite

CLAUSES DE DESIGNATION: SORT DES CONTRATS CONCLUS AUPRES DES ORGANISMES ANCIENNEMENT DESIGNES

Dans sa décision n° 2013-672 DC du 13 juin 2013, confirmée par celle du 18 octobre 2013 n°2013-349 QPC, le conseil constitutionnel a :

– déclaré inconstitutionnel l’article L912-1 du code de la sécurité sociale servant de fondement légal aux clauses de désignation. Cet article est donc inapplicable depuis le 16 juin 2013 (date de publication au JO de la décision n°2013-672 DC)

-prévu que sa décision, par dérogation, ne s’appliquait pas aux « contrats en cours » au 16 juin 2013, en précisant qu’il s’agissait des contrats liant l’entreprise à l’organisme assureur désigné.Ceci afin de préserver la sécurité juridique de ces contrats.

Lire la suite

RETRAITE OBLIGATOIRE..PETIT RAPPEL HISTORIQUE

La sécurité sociale a été créée en 1945 au sortir de la seconde guerre mondiale la France était alors à reconstruire et la stabilité sociale une priorité pour les autorités de l’époque.

Il a alors été institué la retraite obligatoire en direction des assurés sociaux.

La retraite de base représentait alors 40% du salaire à 65 ans.

En 1972, et après la période des trente glorieuses, le taux de remplacement est passé à 50%.

A cette époque se sont développés les régimes complémentaires ARRCO (tous les salariés) et AGIRC (salariés cadre uniquement), pour parvenir à un taux de remplacement de l’ordre de 70% susceptible de maintenir un niveau de vie des  retraités.

Les régimes complémentaires sont devenus obligatoires.

De 1969 jusqu’au milieu des années 1970, le régime s’est étendu aux non salariés.

Le minimum vieillesse crée en 1956 a été fortement revalorisé.

Lire la suite